Carine Grimm Dejussel

Je partage ici ma passion pour le lien d'attachement, le soutien parental, les thérapies brèves et mes expériences de maman.





vendredi 25 mars 2016

Quand votre enfant vous fait peur!



« Ne va pas trop vite ! Tu ne vas plus pouvoir freiner… »

« Ne grimpe pas ! Tu vas tomber… »

« Ne cours pas en traversant la route ! 
Tu peux te faire écraser par une voiture… »

« Ne mange pas trop vite ! Tu vas avoir mal au ventre… »




Votre enfant est un champion !... enfin, il croit l’être… aussi, quand vous lui dite qu’il va tomber, qu’il va se faire mal… cela ne lui parle pas car il pense qu’il est CAPABLE !  Votre recommandation n’a donc aucun effet…


Mais alors, comment faire ? Quoi lui dire ?

Vous pouvez, par exemple,  lui parler de ce que vous ressentez, car cela, il ne peut pas le remettre en question et il n’en est pas responsable.

« J’ai peur que tu ne puisses pas freiner quand tu vas aussi vite »

« J’ai peur que tu tombes quand je te vois grimer si haut »

« J’ai peur qu’une voiture arrive trop vite, quelle ne fasse pas attention à toi et qu’elle n’ait pas le temps de freiner quand tu traverses la route. »

« J’ai souvent mal au ventre quand je mange rapidement. Pas toi ? »


Carine Grimm Dejussel

Intervenante en parentalité

Bébé et changement d'heure

Avec le printemps, l'heure d'été arrive ! 

 



Comment pouvez-vous facilité le passage de l’heure d’hiver à l’heure d’été pour votre bébé ?

Pour les adultes, le changement d’heure se résume souvent à dormir une heure de plus ou une heure de moins. Au printemps, nous perdons une heure de sommeil et il n’est pas rare que nous nous sentions fatigués durant quelques jours.

Un jeune enfant est souvent plus sensible. Pour lui, c’est un changement d’habitude qui peut le perturber. Dorénavant, il s’endormira et se réveillera avec la lumière du jour. Certains bébés s’adapteront tout de suite, d’autres pourraient prendre quelques jours…

Vous pouvez lui permettre de faire se passage en douceur en avançant petit à petit, d’un quart d’heure par jour, les étapes de la journée (repas, sieste, bain, coucher…)



Carine Grimm Dejussel
Intervenante en parentalité

jeudi 24 mars 2016

Quand tout est interdit ...

Fais pas ci ... 
fais pas ça... 

Quand tout est interdit, on fait quoi ?




Je vous partage une petite réflexion faite sur une terrasse dimanche dernier:

Je mangeais en famille dans un restaurant du coin. Deux familles sont venues s'installer à côté de nous. Il y avait un enfant d'environs 7 ans et un petit de 3-4 ans.
Pendant que les parents buvaient l'apéritif en discutant, et que le grand jouait sur un téléphone, le petit à commencé à remplir les pieds de parasol de cailloux... il s'est fait grondé...
Il a donc été tourner autours des tables... il s'est fait grondé...
Puis il a décidé d'aller cueillir quelques fleurs... il s'est fait grondé...
Ce petit n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait faire, de ce qui était autorisé... Comment pouvait-il faire "juste" ?

Et si nous prenions le temps de dire à nos enfants ce qu'ils ont le droit de faire, au lieu de leur dire tout ce qui est interdit... Ne pensez vous pas que ce serait plus agréable pour tout le monde ?

J'ai reçu un enfant dans mon cabinet ce matin et j'ai commencé par lui dire qu'il pouvait écouter ce que nous allions dire, ou dessiner, ou aller chercher de quoi jouer dans la boîte verte... La séance s'est déroulée sans aucun souci...


Il y a une autre situation où il est important de dire à l'enfant ce que l'on attend de lui et pas ce que l'on ne veux pas :

Si je vous dis de ne pas penser à un lapin rose, votre cerveau va devoir faire une image de ce lapin rose, avant d'entendre  "de ne pas y penser". C'est donc trop tard... 
Il en va de même si vous dite à votre enfant de "ne pas courir sur la route". Il se fait une image de lui courant sur la route. Il est donc beaucoup plus efficace de lui demander de marcher sur le trottoir. 


Et si nous pensions la vie en positif ?


Carine Dejussel-Grimm

Intervenante en parentalité
www.Reboost.ch